Page 9 - Vues du Zinc n°48

Version HTML de base

n°46
/ Vues du Zinc
9
par sa noblesse et son
absence d’entretien».
À ces avantages, il faut
désormais ajouter la faci-
lité de mise en œuvre.
Pour répondre à l’essor
de la demande et simpli-
fier la conception et la
réalisation des ouvrages,
VMZINC a en effet déve-
loppé un nouveau procé-
dé de profil à
emboîtement dit «à
éclisse», mis en œuvre
pour la première fois au
collège Vallée de Loir. Ce
nouveau procédé garde
tous les points forts du
système d’origine : la
parfaite planéité et rigidi-
té des profils, le choix des
largeurs d’entraxe (200,
250 et 300 mm), la varié-
té des aspects (QUARTZ-
ZINC
®
, ANTHRA-ZINC
®
,
Cette
pièce de
liaison
rend le
joint qua-
siment invisible, permet
de gérer les phénomènes
de dilatation et de tra-
vailler avec des profils
d’une longueur standard
de 3,60 m.
Gildas
MEREL
Responsable secteur
VMZINC
PIGMENTO
®
) et une
gamme complète d’ac-
cessoires pour le traite-
ment des finitions. En
revanche, il s’affranchit
de la nécessité d’aligner
les joints au niveau des
raccords des profils grâce
à l’utilisation d’une
éclisse. Grâce aux lon-
gueurs standards des pro-
fils, il n’est plus
nécessaire d’établir un
calepinage précis en
amont de l’exécution, et
l’on peut réutiliser les
chutes à l’avancement du
chantier.
« Le cahier des charges
prévoyait un profil à
emboîtement, raconte
Patrice Gohard, le respon-
sable de l’entreprise
attributaire du lot bar-
dage zinc. Au moment de
la mise en œuvre, j’ai
proposé à l’architecte
d’opter pour le nouveau
système à éclisse, que
m’avait présenté Gildas
Merel à l’occasion du
salon Batimat 2011, pour
sa plus grande souplesse
et pour éviter un calepi-
nage complexe du fait
des dimensions et de la
configuration du bâti-
ment. » L’architecte ayant
donné son feu vert, l’exé-
cution, réalisée par deux
compagnons, a commen-
cé le 25 juin par l’instal-
lation, sur les ossatures
bois protégées par une
membrane pare-pluie,
des tasseaux de fixation
(à intervalles de 0,60 m).
Après quoi, la mise en
œuvre, très simple, a pu
démarrer. Le premier pro-
fil est mis en place à
l’aide de pattes fixes en
partie centrale et de
pattes coulissantes inox
sur les côtés ; l’éclisse,
qui n’est pas fixée à l’os-
sature, fait la jonction
avec le profil suivant, mis
à longueur si besoin. Les
détails de finitions – enca-
drement des fenêtres,
retours d’angle, etc. – sont
directement réalisés par
les compagnons de l’en-
treprise Gohard, rompus
de longue date aux tra-
vaux de zinguerie. Avant
même l’achèvement du
chantier, prévu pour la
mi-novembre, Patrice
Gohard ne cache pas sa
satisfaction, liée à la pro-
ductivité du système,
mais aussi à son esthé-
tique, « grâce au rythme
créé par ces joints décalés
à peine perceptibles ».